Ce site web utilise des cookie tiers et techniques qui sont anonymes pour collecter des informations statistiques.
Pour en savoir plus sur les cookies ou pour les bloquer, appuyez ICI.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
OK

Mais


La pile de volumes dédiés au mais et a ses épis, qui trônait depuis des mois sur notre table de nuit ne suffisait pas.
De même qu’Alexandre Dumas, nous pensions que qui lit en sait beaucoup, mais que qui observe en sait davantage, et nous avons voulu mettre le nez dans chaque phase de la croissance du mais et chercher à comprendre ce que signifie cultiver, en pureté, les variétés qui nous intéressent le plus. A Mura Mura nous avons ainsi dédié une petite portion de nos terrains à la culture d’un antique mais piémontais, le "Pignoletto Rosso". Nous réussirons à obtenir le Pignoletto "en pureté", c’est-à-dire en évitant les contaminations avec d’autres variétés et l’hybridation qui en dérive.
En effet, les champs de Mura Mura se trouvent loin des autres productions de mais et constituent par là-même un lieu idéal pour cultiver - et préserver - le Pignoletto: année aprés année nous pourrons utiliser les grains "purs", non seulement pour l’étude de la variété, mais aussi dans le cadre des semis ultérieurs. C’est un travail similaire à celui réalisé par plusieurs agriculteurs clairvoyants dans les années 1950, qui se sont occupés de petites parcelles de terre dans le seul but de transmettre des mais anciens, que nous avons pu redécouvrir grâce à eux... avec la même curiosité et la même passion!

«Je revoyais dans ma tête les scènes de mon enfance, où figurait ma grand-mère, elle qui mangeait la polenta seulement quand celle-ci était préparéeavec du mais "Pignoletto"; autrement elle l’ignorait. "Les autres mais ne sont pas dignes de nourrir un chrétien", disait-elle».

(Grom. Histoire d’une amitié, quelques glaces et beaucoup de fleurs.)






Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Pinterest